Ce lundi en fin d’après-midi avait lieu en séance publique l’examen de la 2ème lecture du Projet de loi de financement pour la sécurité sociale pour 2021. C’est dans le contexte particulier et fragilisé de la crise sanitaire que notre pays traverse que je suis intervenu au nom du groupe Les Républicains sur ce projet de loi. 

Et si les ambitions ne manquent pas, les dépenses sans financement non plus. Ce PLFSS n’est pas à la hauteur des enjeux ! Le Gouvernement et sa majorité nous présentait ce texte comme « inédit », « extraordinaire » comportant les réformes « les plus ambitieuses de cette année ». 

Force est de constater qu’il n’en est rien. Les Français le savent, le ressentent. Ils sont inquiets et sont toujours dans l’attente de mesures fortes, à la hauteur des problématiques qui terrassent notre société. 

Ce PLFSS prévoit 12,5 milliards de dépenses supplémentaires et nouvelles – hors COVID-19 – pour 4 milliards d’économie. 

Si nous pouvons nous satisfaire des revalorisations salarialesdes professionnels de santé qui étaient absolument indispensables, nous ne pouvons que déplorer que ces nouvelles dépenses soient financées que par de la dette et du déficit.

La médecine libérale, elle, est totalement oubliée de ce PLFSS, quant à la branche autonomie, les moyens dont elle bénéficie sont insuffisants.

Finalement, ce PLFSS qui, compte-tenu du contexte sanitaire inouïe liée à la crise de la COVID-19 devait être l’une des réformes majeures du quinquennat n’est que l’illustration des mois d’errance, de passivité et d’inaction du gouvernement et de sa majorité.