Pour beaucoup, l’année 2020 a été l’année de tous les dangers et de toutes les inquiétudes : pandémie mondiale, crise sanitaire, pertes d’emplois et de revenus, isolement dû au confinement, peur de l’avenir, absence de liens sociaux… La crise sanitaire du COVID-19 a inéluctablement engendré une crise économique d’une ampleur grave et profonde. Si chacun a pu mesurer combien notre protection sociale est précieuse (chômage partiel, système de soins, droits sociaux…), notre modèle n’a toutefois pas pu endiguer l’explosion de la précarité qu’elle soit économique ou sociale et qui concerne l’intégralité des catégories socio-économiques de la population.

Les français les plus en difficulté ont dû et doivent encore supporter des dépenses supplémentaires induites par le confinement : c’est le cas notamment de l’alimentation ou encore des dépenses énergétiques. Beaucoup ont également été dans l’obligation de faire face à la disparition ou à la diminution de sources de revenus (plans de licenciement, cessation des contrats d’intérim et des CDD, suppression de nombreux « jobs étudiants »…).

Les couples, les familles avec enfants, les familles monoparentales, les étudiants… toutes les situations familiales sont concernées. Parallèlement à cela, les perspectives économiques ne sont pas au beau fixe : le plein-emploi n’est pas pour demain, nul ne peut l’ignorer.

Chiffre édifiant et vertigineux : nous avons en France dépassé la barre des 10 millions de pauvres, soit 1 français sur 6. Autre constat tout aussi alarmant : la hausse du nombre de bénéficiaires du RSA va augmenter de 9 à 10%.

15 propositions pour lutter contre la précarité

Notre jeunesse n’est pas épargnée : l’isolement bien sûr et la précarité alimentaire malheureusement. Les aides sociales accordées aux étudiants se font sur la base de critères sociaux et demeurent également en-deçà du seuil de pauvreté (soit 1 063 euros). Ils ont perdu leurs « jobs étudiants » qui leur permettaient jadis de pouvoir vivre plus correctement. Par ailleurs, nombreux sont nos jeunes qui ne peuvent plus s’alimenter normalement, faute de budget mais également faute d’avoir à disposition des restaurants universitaires (avec des tarifs préférentiels) proches de leur domicile. Beaucoup se tournent d’ailleurs vers les associations et collectes alimentaires pour subvenir à leurs besoins primaires, faute d’alternative. Les élus locaux sont intervenus pour répondre à cette détresse : je songe notamment aux communes ou encore à la Région Ile-de-France qui a :

  • développé la distribution alimentaire aux plus précaires,
  • ouvert des chambres d’hôtel,
  • mis en place des plateformes avec des psychologues,
  • cautionné des prêts étudiants…

Par ailleurs, je n’oublie pas ces jeunes diplômés qui sont sur le marché de l’emploi mais qui ne trouvent aucune offre. Pour rappel, ils sont au nombre de 700 000. Les jeunes de 18 à 29 forment la plus grande part des personnes en situation de pauvreté en France. Je songe également à nos jeunes ayant des emplois précaires et dont l’avenir est fait d’incertitudes.

Le Groupe Les Républicains auquel j’appartiens a formulé plusieurs propositions pour lutter contre ce phénomène de précarité qui ne va que s’accroitre dans les mois à venir.

Car, nous ne pouvons accepter cette précarité polymorphe, nous ne pouvons nous résigner à voir les files d’attente s’allonger dans les soupes populaires et les banques alimentaires. Nous ne pouvons nous taire face aux services sociaux débordés et face aux demandes de RSA qui augmentent de manière vertigineuse. Nous ne pouvons rester de marbre face à cette précarité qui explose et qui touchent dorénavant nos jeunes, nos commerçants, nos artisans.

Mais cette solidarité, je la souhaite émancipatrice et digne pour tous. Pour que chacune des personnes en difficulté puisse passer cette période si complexe, pour que chacun puisse vivre décemment. Pour que la solidarité nationale soutienne, plus que jamais, les français qui subissent les aléas d’une crise inédite, grave et profonde.

Veuillez retrouver ci-dessous ⤵️ les 15 propositions que nous avons soumises au Gouvernement afin d’endiguer ce fléau que constitue la pauvreté.

Feuilletez les 15 propositions du Plan Pauvreté formulé par les Députés Les Républicains