Le mardi 5 mai après-midi, je me suis abstenu sur le Projet de Loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets en première lecture.

Eléments d’explication :

Si je partage sans ambiguïté l’ambition d’agir en faveur de la protection de notre biodiversité, ce texte est très insatisfaisant puisque les objectifs généraux seront mis en œuvre par une augmentation des taxes et une succession d’interdictions sans aucun accompagnement.

Les points de tension du texte sont nombreux :

– Un calcul piégeux de l’affichage environnemental des produits, basé sur le cycle de vie, qui privilégiera les viandes issues de parcs d’engraissement intensif plutôt que les viandes issues de bovins pâturant sur de grandes surfaces ;

– Stigmatisation de la filière aérienne, alors que le trafic aérien a été très frappé par la crise sanitaire ;

– Nouvelle taxe sur les engrais azotés qui vient fragiliser encore davantage nos agriculteurs au bénéfice de leurs concurrents européens ;

– L’expérimentation de menus végétariens pose les bases d’une campagne anti-viande et anti-agriculteur, au lieu de s’orienter vers la qualité de la viande, alors que plus de 50% de la viande en restauration collective est importée.

– Le délit d’écocide crée une forte insécurité pour les entreprises et découragera les investisseurs étrangers, alors que les infractions intentionnelles contre l’environnement tombent déjà sous le coup de la loi.

Le texte va désormais être examiné au Sénat puis reviendra en seconde lecture à l’Assemblée nationale. Je ne manquerai pas d’être attentif aux évolutions de ce Projet de Loi afin que ce dernier soit à la hauteur des enjeux auxquels nous sommes confrontés mais sans pénaliser le pouvoir d’achat des français déjà rudement fragilisé.

La Droite a su être au rendez-vous de cette urgence. Les Présidents De Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard D’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy se sont tous illustrés par des actions concrètes pour la préservation de l’environnement et dans l’intérêt de tous. Parmi elles : l’indépendance énergétique et décarbonnée, la préservation de notre littoral, la création du droit de l’environnement, la Charte constitutionnelle et le principe de précaution ou encore le Grenelle de l’Environnement.

A l’ écologie punitive proposé par Emmanuel MACRON, nous avons proposé au sein du groupe Les Républicains diverses nouvelles mesures que vous pourrez retrouver sur le lien suivant : https://republicains.fr/actualites/2020/11/24/convention-sur-le-rechauffement-climatique/