Ce jeudi 7 octobre 2021, Les Républicains vont soumettre au vote deux propositions de loi de notre collègue Aurélien Pradié pour agir pour un regain de justice et d’autonomie en faveur des personnes en situation de handicap.

La suppression de plusieurs articles du projet de loi par la commission me fait réagir.

ARTICLE 3 – Interdiction de refuser l’octroi de la PCH sans RDV préalable avec la personne concernée

J’ai été, comme mes collègues, particulièrement étonné que cet article soit supprimé par la commission.

Dois-je rappeler à mes collègues LREM leurs engagements ? Voilà ce que disait le programme d’Emmanuel Macron pour le handicap : « Nous avons trop longtemps pensé que l’on pourrait parler des personnes en situation de handicap sans parler aux personnes en situation de handicap. »

Et c’est bien là l’objet de cet article ! Parler aux personnes en situation de handicap, les considérer en humanisant les procédures.

Alors oui, l’application de cet article demandera des efforts, du temps, de la volonté assurément et certainement quelques moyens supplémentaires. Mais la dignité, elle, n’a pas de prix.

Comment ne pas voter cette proposition qui vise finalement à rendre de la dignité aux personnes concernées et qui permettrait d’éviter des erreurs. Car derrière les dossiers, les numéros, les certificats médicaux, ceux sont des femmes et des hommes en souffrance. Les recevoir, les entendre, semble être le minimum que nous puissions leur devoir.

Aussi, il serait temps que la majorité présidentielle applique son programme et parle aux personnes en situation de handicap !

ARTICLE 4 – Suppression de la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’allocation adulte handicapé

Nous débattons aujourd’hui, de nouveau au sujet de la déconjugalisation de l’AAH. Comment est-ce possible ?

Comment est-il encore possible, en 2021 qu’une personne en situation de handicap voie le calcul de son allocation adulte handicapé conditionné aux revenus de son conjoint ? Comment accepter qu’un allocataire de l’AAH se retrouve finalement dépendant financièrement de son conjoint !

Cet article, supprimé en commission évidemment, est attendu depuis de nombreuses années par les principaux concernés. Je pense à de nombreux allocataires de ma circonscription qui m’ont interpellé sur ce sujet.

Les personnes en situation de handicap ne peuvent se satisfaire de l’abattement fiscal préféré par le gouvernement.

Cela fait bien trop longtemps que nous débattons sur ce sujet, je crois d’ailleurs que nous avons tout dit. Il est temps aujourd’hui d’agir !

J’espère que la majorité présidentielle aura le courage de voter pour ce dispositif de bon sens. Les Français nous regardent, soyons à la hauteur !