Pourquoi j’ai voté POUR le pass vaccinal

L’aggravation de la situation sanitaire dans notre pays, avec plus de 300 000 contaminations enregistrées quotidiennement m’a obligé à agir en conséquence.

Depuis le début de la campagne vaccinale, la vaccination a montré son efficacité à sauver des vies, et bien que celle-ci n’empêche pas d’avoir le covid-19, elle permet de ne pas développer de formes graves de la maladie.

Elle a permis de freiner la mortalité liée au virus, et nous sommes loin des 100 000 morts que nous avons compté avec tristesse et désarroi lors de la première vague.

Nous devons donc soutenir notre personnel soignant, qui est littéralement épuisé et à bout de tous les efforts fournis, vagues après vagues, variant après variant. Ils n’en peuvent plus ! Pire encore, ils sont contraints de déprogrammer des opérations importantes en raison de la saturation des lits de réanimation.

Selon la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR), dans sa récente enquête flash menée dans 165 services de réanimation répartis partout en France, les services de réanimations étaient occupés par 80% de patients non-vaccinés ou avec un schéma incomplet.

Alors OUI, le gouvernement n’a pas ouvert les lits de réanimation promis, mettant ainsi un peu plus la pression sur nos hôpitaux déjà en grande difficulté, mais c’est en responsabilité que nous devons, nous citoyens, soutenir notre personnel soignant en nous vaccinant.

J’ai voté POUR le pass vaccinal car il répond à une urgence inédite. Mais il ne s’agit pas d’un blanc-seing donné au gouvernement. Bien au contraire ! Nombreuses étaient mes interrogations, mes questionnements et mes réserves à la lecture du projet de loi présenté par le ministre Véran, notamment concernant les plus jeunes, j’ai d’ailleurs fait voter avec mes collègues députés de l’opposition la non-imposition du pass vaccinal aux mineurs de moins de 16 ans, pour leur permettre d’avoir les mêmes activités extra-scolaires et de loisirs que les autres enfants vaccinés.

J’ai bien conscience que ce vote suscite beaucoup de débats, pour autant, je ne peux accepter et tolérer les insultes et menaces de mort que mes collègues députés et moi-même avons reçues. Il n’a jamais été question pour moi, par ce vote, de jeter l’opprobre sur les non-vaccinés, contrairement au Président de la République, je ne veux pas les « emmerder ». Ma seule volonté est celle de protéger les plus fragiles.

Je continuerai avec mes collègues du groupe les Républicains à me battre pour que ces mesures soient limitées dans le temps, car elles doivent être proportionnées et adaptées à la situation sanitaire de notre pays.

Suspension des débats sur le pass vaccinal

Alors qu’Olivier Veran souhaitait que les débats sur le pass vaccinal se poursuivent toute la nuit, les Députés Les Républicains ont demandé à ce que la discussion soit suspendue.

En effet, nous avons refusé d’examiner un texte aussi important en si peu de temps. Il restait 532 amendements lors de la suspension de séance, si nous les avions examiner, nous aurions terminer à 11h ce matin.

Un texte aussi important, sur un sujet majeur pour de nombreux Français, ne peut pas être voté dans ces conditions.

Le Gouvernement doit respecter le travail du Parlement.

Meilleurs vœux 2022

Meilleurs vœux 2022
2022, année de la présidence française du Conseil de l’Union européenne

Alain RAMADIER
Député de la Seine-Saint-Denis

Christine GAUTHIER
Députée suppléante

et l’équipe parlementaire

vous présentent leurs meilleurs vœux pour l’année 2022

Regardez le message vidéo adressé aux Aulnaysiens, Bondynois et Pavillonnais pour cette nouvelle année ⤵️

Audition de Anne-Claire Mialot en vue de désignation future aux fonctions de Directrice de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine

En application de l’article 13 de la Constitution, dans le cadre de la désignation de la future Directrice de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), j’ai été transféré à la commission des affaires économiques, pour en être le rapporteur.

Comme vous le savez, il s’agit d’un sujet fondamental pour de nombreux habitants vivant dans les quartiers politique de la ville qui attendent la rénovation urbaine de leurs quartiers, mais pas que.

Particulièrement sensible à cette problématique, en ma qualité de député de la Seine-Saint-Denis mais aussi en tant qu’ancien adjoint au maire d’Aulnay-sous-Bois en charge de la politique de la ville, j’ai interrogé ce matin, Madame Mialot, pressentie pour occuper ce poste.

Retrouvez mon intervention ⬇️

Question sur les travaux de la ligne 15 du Grand Paris Express à Bondy

Ce midi, à l’occasion des questions orales sans débat, j’ai interrogé la ministre déléguée Madame Bérangère ABBA à propos des travaux menés par la Société du Grand Paris dans le cadre de la ligne 15 du métro du Grand Paris Express à Bondy.

En effet, après avoir été alerté par des riverains particulièrement inquiets par les solutions choisies par la SGP, j’ai souhaité interpellé le ministre sur ce dossier aux nombreuses incohérences et aberrations.

Alors qu’une solution alternative a été proposée par un ancien ingénieur de la SNCF membre du collectif, la SGP s’entête à vouloir imposer aux riverains sa vision qui conduirait à l’expropriation forcée de riverains.

La réponse donnée par la ministre reprend une fois de plus les arguments de la SGP, alors que les riverains attendent d’être entendus, la réponse du gouvernement n’est définitivement pas à la hauteur de leurs attentes.

Retrouvez ma question ⬇️

Audition de Valérie Delahaye-Guillocheau par la commission des affaires sociales

Hier, la commission des affaires sociales auditionnait Madame Valérie Delahaye-Guillocheau, dont la nomination est envisagée aux fonctions de Président du Conseil d’administration de l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de santé (ANSM).

À cette occasion, je l’ai interrogée sur le manque de transparence de l’Agence et la défiance des Français envers celle-ci qui, dans un récent sondage, étaient 82% à exprimer leur manque de confiance en l’ANSM.

Retrouvez ma question ⤵️

Intervention sur la proposition de loi pour faire évolution la formation de sage-femme

Les sages-femmes et maïeuticiens exercent l’une des plus belles professions, puisqu’ils permettent chaque année à des milliers de femmes de donner la vie.

Pourtant, cette profession est aujourd’hui en grande souffrance et s’explique par les nombreuses missions supplémentaires confiés aux sages-femmes et maïeuticiens.

Je suis intervenu, au nom du groupe Les Républicains sur la proposition de loi relative à la formation de ces derniers. Notre groupe approuve et soutient la création d’un troisième cycle d’études et la volonté d’aligner la formation des sages-femmes sur les autres formations universitaires médicales.

Retrouvez mon intervention ⬇️

Journée internationale contre les violences faites aux femmes

À l’occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, les Députés Les Républicains rappellent leur engagement aux côtés des victimes. En 2019, nous avons porté une loi pour protéger plus efficacement les victimes de violences conjugales, notamment par la mise en place d’un bracelet anti-rapprochement.

Aujourd’hui, en 2021, seuls 245 bracelets anti-rapprochement ont été activés.

Journée internationale des droits de l’enfant

Chaque enfant mérite une enfance pleine de joie, de rires, de rêves, d’apprentissages, et d’innocence, loin de la violence du monde actuel.

En cette journée internationale des droits de l’Enfant, nous devons continuer à nous mobiliser pour les protéger et les défendre car trop nombreux sont les enfants dont les droits sont bafoués.

Intervention sur la proposition de loi relative aux restrictions d’accès à certaines professions en raison de l’état de santé

Je suis intervenu en commission des affaires sociales en tant qu’orateur du groupe les Députés Les Républicains sur la proposition de loi relative aux restrictions d’accès à certaines professions en raison de l’état de santé.

Le groupe les Républicains votera une nouvelle fois cette proposition de loi, comme ce fut le cas en première lecture, il s’agit là de prendre en compte les avancées médicales et de permettre à des millions de Français atteints de maladies chroniques comme le diabète de ne plus être discriminés à l’emploi.

Retrouvez mon intervention ⬇️